Comment créer son entreprise ?

 

Créer son entreprise est la phase au cours de laquelle votre projet se transforme concrètement en entreprise. Il vous faudra vous armer de patience car certaines démarches peuvent s’avérer longues et fastidieuses. Il est néanmoins indispensable de ne bâcler aucune étape pour mettre toutes les chances de votre côté.

5 phases principales rythmeront les premiers pas de votre entreprise :

  1. Le choix du statut juridique

  2. La recherche de financement

  3. La recherche du local

  4. Les formalités de création

  5. L’installation

 

1/ Le choix du statut juridique 

Le statut juridique est structurant pour la suite de votre activité, aussi prenez le temps de choisir celui qui est réellement adapté à votre situation. En effet, il n’existe pas de bon ou de mauvais statut, mais certains statuts seront plus ou moins adaptés à certains types d’activité.

Il existe deux grandes familles de statuts d’entreprise :

  • L’entreprise individuelle au sein de laquelle entreprise et créateur ne forment qu’une seule et même personne. Ce regime offre une grande liberté d’action mais comporte des risques puisqu’il y a confusion juridique des patrimoines entre l’entreprise et le créateur.

  • Le régime des sociétés permet de créer une entité juridique avec un patrimoine distinct de celui du créateur. La personne morale sera indépendante fiscalement et juridiquement. Ce régime permettra notamment de créer à plusieurs.

Vous pouvez consulter le dossier précis et complet consacré aux statuts juridiques sur le site de l’AFE (l’Agence France Entrepreneur anciennement APCE).

Le statut généralement employé pour un salon de thé est la SARL (ou l’EURL si vous créez seul). Mais choisir la SAS (ou la SASU si vous créez seul) est de plus en plus fréquent à cause du traitement fiscal et social des dividendes. Quel que soit votre choix il est vivement recommandé de prendre conseil auprès d’un juriste ou d’un avocat afin qu’il vous oriente sur le choix du statut juridique et sur la rédaction des statuts de la société.

 

2/ La recherche de financement

Le financement constitue le « nerf de la guerre » pour la viabilité de votre projet.

Les premiers financeurs des projets de création d’entreprise sont bien entendu les créateurs eux-mêmes, sous forme de fonds propres. Les fonds apportés par le créateur peuvent être rejoints par des prêts ou des apports venant des proches (la love money ou 3F « family, friends and fools »)

En fonction du montant que le créateur apporte et de la pertinence du projet, il sera possible de faire appel à différents financement externes :

  • les plateformes d’initiative locales

  • l’ARCE (aide à reprise ou à la création d’entreprise du pôle emploi

  • le PCE (prêt à la création d’entreprise d’OSEO) si le projet n’exède pas 45 000 €

  • les emprunts bancaires à moyen terme

  • les prêts d’honneurs

  • les prêts fournisseurs

  • les crédits vendeurs

  • etc…

Pour en savoir plus, consultez l’excellent dossier de l’AFE consacré au financement

Quelle que soit votre situation, il existe certainement une solution pour votre financement. Mais sachez que pour avoir accès au financement bancaire on vous demandera dans la plupart des cas d’apporter  en fonds propres 1/3 des ressources totales nécessaires pour la réalisation de votre projet et surtout d’avoir préparé un dossier cohérent.

 

3/ La recherche du local

On a coutume de dire que les 3 règles d’or du commerce ne sont autres que « 1- L’emplacement, 2- l’emplacement, 3-L’emplacement ! ». C’est dire l’importance que prendra la recherche de votre local.

Dans les grandes villes où l’offre est importante mais souvent hétérogène il n’est pas rare de visiter plusieurs dizaines de locaux avant de trouver le bon ! Dans les régions ou il y a peu d’offres, il est parfois nécessaire d’attendre plusieurs mois avant que l’opportunité ne se présente… Armez-vous donc de patience, car toute précipitation pourrait être fatale à votre tout jeune salon de thé !

Quelques règles pour une recherche efficace :

  • Respectez votre budget ! A cette étape de votre projet vous avez fait des projections financières dans lesquelles vous avez évalué le montant de votre loyer et le montant de l’éventuel droit au bail ou rachat de fonds de commerce. Inutile donc de vous laisser tenter par un local au-delà de vos moyens, même s’il vous semble parfait !

  • Préparez  vos visites avec de fiches de visites dans lesquelles vous noterez toutes les caractéristiques du local visité. N’hésitez pas à poser toutes les questions qui vous semblent utiles au propriétaire. Un commerçant honnête n’a rien à cacher.

  • N’attendez pas la visite officielle pour voir le local, passez quelques jours avant « incognito » pour évaluer la fréquentation du lieu et de la rue.

  • Soyez particulièrement vigilant sur les installations du local : la cuisine est-elle aux normes ? Possède-t-elle une extraction ? Un accès handicapé ? Le bail permet-il d’effectuer une activité de salon de thé avec préparation sur place ?

  • Si le local vous intéresse, menez votre enquête de voisinage, n’hésitez pas à questionner discrètement les commerçants sur le quartier.

  • Dans le cas d’un rachat de fond de commerce, ne faîtes aucune offre d’achat sans avoir vu le bilan et le compte de résultat du commerce, ainsi que le règlement de co-propriété.

Plusieurs sites vous permettront de trouver des offres, vous pouvez notamment consulter le site professionnel de Particulier à particulier, ou le site de référence Agorabiz.com

 

4/ Les formalités de création

Les formalités de création d’entreprise se sont considérablement simplifiées ces dernières années. Il est désormais possible d’effectuer la quasi-totalité des démarches de création d’entreprise auprès du guichet unique du CFE (centre de formalité des entreprises) de la Chambre de commerce de la région où vous vous installez.

N’oubliez pas d’effectuer les démarches auprès de la préfecture de police pour obtenir votre licence de petite ou de grande restauration si vous comptez servir du vin à table, pour cela il vous faudra passer votre permis d’exploitation.

NB : Si vous souhaitez servir de l’alcool en dehors des repas, il vous faudra alors obtenir la licence III dite « licence restreinte » ou la licence IV dite « licence de plein exercice » en fonction du type d’alcool que vous proposerez. Sachez que les licences I et II ont désormais disparu.

Il vous faudra aussi déclarer l’ouverture de votre établissement auprès des services d’hygiène de votre région.

5/ L’installation

Vous avez enfin les clés du local tant recherché ? Toutes les formalités de création sont effectuées ? Il ne vous reste plus qu’à démarrer ! Les meilleurs moments vous attendent.

Il va vous falloir encore effectuer quelques préparatifs avant que votre premier client passe le pas de la porte :

  • Effectuez les travaux de mise aux normes et d’embellissement de votre local. A moins d’être particulièrement bien entouré, ou vraiment à court de budget, nous vous conseillons de faire appel à un professionnel de l’aménagement commercial pour la réalisation de vos travaux. Pour éviter les mauvaises surprises, exigez plusieurs devis, vérifier l’existence légale de la société qui effectue vos travaux, demander à voir ses attestations d’assurance, et n’hésitez pas à rencontrer d’anciens clients de cette société pour savoir s’ils sont satisfaits.

  • N’oubliez que tous les appareils qui composent votre cuisine doivent être conçus pour un usage professionnel, aucune garantie ou assurance ne fonctionneront en cas de problème si vous utilisez du matériel ménager.

  • Décorez votre local : il est primordial que la décoration de votre local soit le reflet du concept que vous avez défini pendant la phase de projet. Ne faites pas d’économie de bout de chandelle, vous avez certainement prévu au moment du financement un budget décoration, dépensez-le à bon escient, une belle déco fera la différence ! Choisissez du mobilier de bonne qualité et surtout ergonomique : rappelez-vous que l’usage de vos tables, chaises, fauteuils, sera quotidien et intensif, oubliez-donc les chaises et tables trop lourdes, difficiles d’entretien, inconfortables ou de trop grande dimension. Idem pour la vaisselle, choisissez une qualité professionnelle, gare aux assiettes trop lourdes ou difficiles à ranger et à laver.

  • Attendez la fin des travaux pour vous faire livrer votre stock de marchandises. Prévoyez un temps suffisant pour effectuer le mise en place de votre carte avant l’ouverture de votre salon de thé.

  • Si vous avez embauché du personnel, c’est le moment de les motiver en les faisant participer aux préparatifs d’ouverture

  • Communiquez : que ce soit en tractant dans les rues avoisinantes ou en créant « le buzz » sur Internet, il vous faut absolument communiquer avant d’ouvrir. La seule règle étant que vous devez être prêt à faire face aux retombées d’une communication réussie, c’est-à-dire ne pas vous laisser dépasser par les événements.

Votre aventure ne fait que commencer mais vous pouvez être fier du chemin déjà parcouru ! Vos premiers clients ne vont désormais plus tarder, n’oubliez pas de les accueillir avec le sourire : c’est la clé du succès !

MonPetitBusiness.com a développé toute une gamme de formations spécifiquement dédiées aux créateurs de salon de thé et de café à thème, n’hésitez pas à nous contacter, quelle que soit la nature de votre projet nous pouvons vous aider à le réaliser !

 

DECOUVREZ NOTRE OFFRE DE FORMATION
MonPetitBusiness.com est proposé par SunnySide SARL. © 2016 Crédit Photo ©mangostock; ©Viktor Pravdica; ©iceteastock; ©Yuri Arcurs; ©Aaron Amat- Fotolia.com